Fabrique de territoire

29 Nov 2018 | Actualités |

 

En cette fin du mois de novembre, j’ai eu la chance d’assister à deux réunions complémentaires, en Occitanie, qui apportent un éclairage nouveau sur les enjeux du développement local, en lien avec le déploiement des télécentres.

La première concernait la réunion des ambassadeurs, des partenaires et des affiliés du réseau Relais d’Entreprises qui se réunissaient pour la seconde fois depuis la création de l’entreprise. Près d’une centaine de personnes se sont donc données rendez-vous à Portet sur Garonne, en banlieue de Toulouse, pour échanger sur le télétravail, le développement des tiers lieux et leurs place et collaboration avec les territoires. Plusieurs élus étaient d’ailleurs présents pour apporter leurs témoignages et points de vue sur le sujet en insistant sur le rôle d’animateur territorial, créateur à la fois de richesse, de développement et encourageant l’économie résidentielle associé aux tiers lieux.

Certains opérateurs indiquaient constater une demande croissante pour du télétravail qui, même si elle restait encore faible, commençait à s’affirmer. Il constatait aussi que les entreprises ne souhaitaient pas forcément que cela soit trop ébruité, notamment auprès de leur personnel. Les contraintes organisationnelles, notamment hiérarchiques, sont encore très prégnantes.

Le contexte est effectivement favorable à une telle demande avec les rapports alarmistes sur l’environnement et le renchérissement constant du coût des énergies fossiles. La contrainte subie peut certainement être optimisée par l’entreprise qui en tirera des bénéfices en matière de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), de meilleure productivité et de valorisation du gaz carbonique non consommé, notamment à travers les certificats d’économie d’énergie (CEE) produits par EDF, autre partenaire de Relais d’Entreprises bien présent pendant ce séjour.

La seconde s’inscrivait dans le cadre d’un séminaire sur les « Smart villages » organisé par Ruralitic. Elle a permis de mesurer les implications convergentes des collectivités locales, de la Haute Garonne et de la région Occitanie afin d’organiser une offre de tiers lieux structurée permettant, dans un premier temps, d’apporter une alternative censée à la mobilité pendulaire, de déployer un réseau de lieux concourant à l’animation locale, notamment économique et d’anticiper l’accessibilité à des services, en lien avec le déploiement du très haut débit, qui ne manqueront pas d’être déployés. Ces notions de rééquilibrage entre territoires étant au centre des débats d’autant que les organisations ont plutôt été malmenées par les lois Nôtre et Pacte et, aujourd’hui, défendre l’idée de vivre, travailler, s’amuser près de chez soi tout en restant partie prenante du monde n’est plus incongrue. Un président d’intercommunalité indiquait d’ailleurs « le plus grand service que l’on puisse apporter à nos administrés est de moins se déplacer afin de gagner du temps pour eux, leur famille et la collectivité ». Un autre ajoutait « qu’il est plus pertinent d’investir dans le télétravail que de construire de nouvelles infrastructures visant à accélérer la mobilité physique qui sont coûteuses en termes d’investissement et de fonctionnement ». Le fait que le réseau local Relais d’Entreprises soit cité en exemple est, d’abord, le signe d’une reconnaissance professionnelle et, ensuite, une vraie valeur ajoutée.

On constate même que de grandes entreprises locales participent à la réflexion considérant notamment que le télétravail est un outil de fidélisation salariale, qu’il permet un meilleur rééquilibrage entre vies privée et professionnelle et qu’il permet de positionner l’entreprise comme partie prenante de son territoire, notamment dans le cadre de la réflexion croisée sur les plans de déplacements.

L’aventure Relais d’Entreprises commence à prendre des racines solides au sein des territoires, en ayant pris le pari, avant les autres, qu’il y avait une alternative possibles en milieux rural et périurbain.

Pin It on Pinterest